© Frédéric Chaudière 2016, créé par Lucie CW, actualisé par JipWeb

Une série de portraits à la Corde

12-Oct-2017

"Bien qu'elle puisse paraître éloignée des préoccupations des luthiers, la peinture, est pour nous, une question centrale.

 

Il se trouve que les violons ont été inventés à la renaissance en Lombardie, et que ce ne peut pas être le fait du hasard. Pendant cette période, chaque ville et village du nord de ce qui n'est pas encore l'Italie, regorge de grands ateliers de peinture, de sculpture et d'architecture. Les compositeurs locaux inondent l'Europe de leurs musique et les interprètes, avec leur merveilleux instruments, fraichement inventés par la famille Amati, connaissent un succès fulgurant. 

 

"Les violons ne sont rien de moins que des sculptures peintes qui doivent sonner."

 

Or, les violons ne sont rien de moins que des sculptures peintes, qui doivent sonner. Et les techniques mises en ouvres pour les fabriquer, sont très précisément celles utilisées par les artistes de la renaissance qui peignent sur des panneaux en bois, avec des mediums à l'huile de lin auxquels ils incorporent des pigments. Le temps a prouvé la pertinence de leurs choix et les oeuvres de Raphael, Titien et Leonard ont si bien traversé les siècles, qu'elle occupent les meilleures places dans les collections contemporaines.  

 

Tout en fabricant mes instruments de musique, je n'ai eu de cesse de penser volumes et couleurs... sculpture et peinture. J'ai peaufiné cette technique, fabriqué des vernis, cuit des résines, essayé différentes huiles, siccatifs ou essences, pour finalement me rendre compte que les violons que je produis, sont une sorte d'exercice : s'approcher au plus près d'une forme imposée, une fois, deux fois, cent fois, mille fois, jusqu'à ce que le pinceau et le rabot remplacent les doigts et que la colle et le vernis coulent dans mes veines. 

 

Un jour, le besoin de m'éloigner du modèle se faisant sentir, j'ai commencé la sculpture. Puis j'ai peint ces scuptures et finalement, me suis risqué à la peinture il y a un an. Les portraits que je peint sont directement influencés par la série de portraits de Titien dans laquelles les sujets ont un gant dans la main. 

 

Mes modèles tiennent une corde, un câble ou une ficelle. Comme un lien qui relie le passé au présent, le sujet au spectateur. Une corde qui peut aussi vibrer et même faire de la musique..."

 

Frédéric Chaudière

 

 

 

Please reload

Posts Récents

March 25, 2017

January 16, 2017

September 29, 2016

July 22, 2016

June 23, 2016

Please reload

Archives
Please reload